République démocratique du Congo: l’OMS soutient la vaccination des populations à haut risque contre Ebola

21 mai 2018 - Le Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), avec l’appui de l’OMS et de ses partenaires, se prépare à vacciner les populations à haut risque contre la maladie à virus Ebola (MVE) dans les zones de santé touchées.

Les agents de santé travaillant dans les zones touchées sont en train d’être vaccinés aujourd’hui et une action de sensibilisation a été engagée pour préparer les communautés à la vaccination en anneau.

Plus de 7500 doses du vaccin anti-Ebola rVSV-ZEBOV ont été envoyées en RDC pour mener les opérations de vaccination dans la province de l’Équateur, au nord-ouest du pays, où 46 cas présumés, probables et confirmés de maladie à virus Ebola ainsi que 26 décès ont été signalés (d’après les données disponibles au 18 mai). La plupart des cas sont issus de Bikoro, une ville rurale isolée, et quatre cas confirmés sont issus de Mbandaka, la capitale de la province, qui compte plus de 1 million d’habitants.

Les vaccins sont des dons de la société Merck; l’Alliance Gavi vaccin a contribué à hauteur de 1 million de dollars (US $) aux coûts opérationnels. Le Wellcome Trust et le Ministère du développement international (DFID) du Royaume-Uni se sont également engagés à soutenir les activités de recherche.

«La vaccination va jouer un rôle déterminant dans la lutte contre cette flambée épidémique» a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «Nous sommes reconnaissants à nos partenaires pour rendre cela possible par leur soutien.»

Le Ministère de la santé, l’OMS, Médecins sans frontières (MSF), l’UNICEF et d’autres partenaires clés procèdent à une vaccination en anneau par le vaccin anti-Ebola rVSV-ZEBOV, non encore homologué. Cette opération consiste à vacciner les contacts des cas confirmés et les contacts de ces contacts. Le vaccin sera également administré aux agents de santé de terrain et aux autres personnes potentiellement exposées à la MVE, entre autres les agents de laboratoire, les équipes de surveillance et les personnes chargées de réaliser les inhumations en toute sécurité et dans la dignité.

«Nous devons agir rapidement pour endiguer la propagation de la maladie à virus Ebola en protégeant ceux qui risquent d’être infectés par le virus, en identifiant et en arrêtant toutes les chaînes de transmission, et en veillant à ce que tous les patients aient rapidement accès à des soins sûrs et de qualité» a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur général adjoint chargé de la préparation et de la riposte aux situations d’urgence.

La stratégie de vaccination en anneau nécessite de retrouver dès que possible tous les contacts des cas récemment confirmés ainsi que les contacts de ces contacts. Les équipes de terrain redoublent d’efforts pour rechercher activement et suivre tous les contacts. Plus de 600 ont été identifiés à ce jour.

«La mise en œuvre de la vaccination en anneau contre la maladie à virus Ebola est une procédure complexe » a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. «Les vaccins doivent être stockés à des températures comprises entre moins 60 et moins 80 degrés: leur transport et leur stockage dans les zones touchées constituent donc un défi de taille. »

L’OMS a envoyé des porte-vaccins spéciaux, capables de maintenir des températures inférieures à zéro pendant une semaine, et a installé des congélateurs pour le stockage des vaccins à Mbandaka et à Bikoro. L’Organisation dépêche actuellement des experts congolais et guinéens qui seront chargés de renforcer les capacités des agents de santé locaux. Le Ministère de la santé, l’OMS, l’UNICEF et leurs partenaires mobilisent des membres de la communauté afin qu’ils informent la population sur la maladie à virus Ebola et le vaccin.

Lors d’un essai majeur mené en 2015 en Guinée, ce vaccin s’est avéré très protecteur contre la maladie à virus Ebola. Parmi les 5837 sujets ayant reçu celui-ci, aucun cas d’Ebola n’a été signalé 9 jours ou plus après la vaccination. En attendant que les autorités de réglementation compétentes se penchent sur ce produit, le Groupe stratégique consultatif d’experts sur la vaccination (SAGE) de l’OMS a recommandé que le vaccin anti-Ebola rVSV-ZEBOV soit utilisé au titre d’un protocole sur l’accès élargi et l’usage compassionnel pendant les flambées de maladie à virus Ebola liées à la souche Zaïre, telles que celle en cours en RDC.

L’OMS et ses partenaires ont besoin de 26 millions de dollars (US $) pour la riposte à la maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo au cours des 3 prochains mois. L’Italie, le Fonds central pour les interventions d’urgence de l’ONU, l’Alliance Gavi, l’USAID, le Wellcome Trust et le DFID ont apporté des financements. L’OMS a également débloqué 2 millions de dollars de son Fonds de réserve pour les situations d’urgence.

Partenaires de l’OMS participant à la riposte :

Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), Croix-Rouge de la République démocratique du Congo, Médecins sans frontières (MSF), Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF), Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC‑Afrique), Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique (CDC), Programme alimentaire mondial (PAM), UNICEF, OCHA, MONUSCO, Organisation internationale pour les migrations (OIM), Centre de gestion des crises – Santé animale de la FAO, Partenariat humanitaire international (IHP), Alliance Gavi, African Field Epidemiology Network (AFENET), équipe Public Health Rapid Support du Royaume-Uni, réseau des anciens élèves de l’EPIET (EAN), Organisation mondiale de la santé animale (OIE), Réseau pour l’évaluation clinique des maladies émergentes et l’action (EDCARN), Banque mondiale et PATH. En outre, le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) et les équipes médicales d’urgence fournissent une coordination et un appui technique supplémentaire. 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
OKA Sakuya

Communications Manager (a.i)
WHO Regional Office for Africa
Tel: +242 06 508 1009
Email: okas [at] who.int

Eugene Kabambi

Emergency Communications Officer
Tel : +243 81 715  1697
Office : +47 241 39 027
Email: kabambie [at] who.int

Tarik Jasarevic

Chargé de communication
Téléphone : +41 22 791 5099

Portable : +41 793 676 214
Courriel : jasarevict [at] who.int