A Madagascar, courage et détermination chez les mères pour protéger leurs enfants tandis que l’Etat et ses partenaires ripostent contre l'épidémie de rougeole

Bien qu’elle ne soit pas agent de santé communautaire, Madera a décidé de mobiliser les autres femmes pour faire vacciner leurs enfants contre la rougeole qui fait rage à Madagascar. « Je pense qu’il faut protéger la santé de sa communauté, c’est mon devoir. En plus, l’actuelle épidémie est différente de celle que nous connaissions avant, elle est grave et mortelle, et la vaccination constitue le meilleur moyen pour la prévenir. Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir », dit-elle, fièrement.

Le Président de la République de Madagascar, SEM Andry Rajoelina, a procédé en personne au lancement officiel de la campagne de vaccination en février, dans la région de Diana, au nord du pays. Madera a saisi cette occasion pour faire vacciner ses deux derniers enfants âgés de 9 et 2 ans, et autant d'autres qu'elle pouvait aider. « Quand j’ai appris pour cette campagne, ayant entendu parler des décès dus à la rougeole dans mon Fokontany (quartier), je suis allée voir les autres mamans pour les encourager à vacciner leurs enfants », précise-t-elle. Dans son petit Fokontany appelé Ambohimitsinjo, plus de 1 500 enfants ont été ciblés.

Madagascar n'avait pas signalé de cas de rougeole au cours des 10 dernières années. L'épidémie actuelle souligne la nécessité d'être vigilant. Signalée le 4 octobre 2018, elle a touché 105 districts sanitaires sur les 114 que compte le pays. Près de 117 075 cas et 1 205 décès ont été enregistrés à ce jour. 77% des cas de rougeole sont des enfants de 1 à 14 ans, et 79% des décès concernent également cette tranche d’âge.

Dans la région de Diana, le nombre de cas de rougeole enregistrés est supérieur à la moyenne nationale, et les services de prise en charge sont débordés. A l’hôpital de référence de la région, tous les lits réservés à l’hospitalisation des enfants malades de la rougeole sont occupés. C’est pour cette raison que le Ministère de la santé de Madagascar, avec l'appui de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), GAVI, MRI, UNICEF, USAID et d'autres partenaires, a lancé une campagne de vaccination en trois volets pour cibler à terme 7 millions d’enfants âgés de 6 mois à 9 ans à travers le pays.

Longue randonnée pour protéger les enfants

Madera n'est pas la seule à craindre l'épidémie actuelle. De plus en plus de parents exigent la protection de la santé de leurs enfants. Certains se donnent beaucoup de mal pour les faire vacciner. Les familles qui vivent dans des zones difficiles d'accès marchent généralement pendant des heures pour se rendre à l'établissement de santé le plus proche.

C’est le cas de Vola. Agée de 28 ans, mariée et mère de 2 enfants de 9 ans et 5 ans respectivement, elle vit dans le Fokontany de Mahatsara, une zone enclavée. Pour la vaccination, la petite famille a dû parcourir près de 30 kilomètres, à pied. Vola a même dû porter sa petite fille de 5 ans sur le dos, car celle-ci n’a pas pu marcher pendant les 6 heures requises, et sous la pluie, car c’est la saison actuellement. Vola et sa famille ont quitté la veille pour aller au centre de santé. « Je veux protéger mes enfants et ma famille de la rougeole pour éviter qu’ils ne meurent comme d’autres enfants. Même s’il faut marcher 5 à 6 heures à l’aller comme au retour, ce n’est pas un problème. Le plus important est de rester en bonne santé », souligne-t-elle.

Outre la prévention à travers la vaccination, les partenaires se sont aussi mobilisés pour la prise en charge des cas.

Il est à rappeler qu’en plus de mettre à disposition médicaments et intrants, l’OMS fournit un appui continu à tous les niveaux du pays dans le cadre de la réponse à l’épidémie en vue d’assurer le traitement adéquat des malades de la rougeole.

Dans son Fokontany d’Ambohimitsinjo, Madera continue de contribuer à la lutte pour éradiquer la rougeole. Elle considère comme un signe d'honneur la marque laissée au feutre indélébile par les vaccinateurs sur les doigts de ses enfants. Ils sont à l’abri de la rougeole, et elle s'engage à s'assurer que les autres enfants le sont aussi.

For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
RANARISON Volahanta Malala

Email : raminosoav [at] who.int