La République du Congo vaccinera plus de deux millions 200 mille d’enfants âgés de 9 mois à 14 ans du 5 au 9 mars contre la Rougeole et la Rubéole

  • Les enfants âgés de 9 mois à 14 ans constituent 43% de la population du pays.
  • La vaccination sera associée à la supplémentation en Vitamine A et au déparasitage au mébendazole.
  • Plus de 8,000 acteurs prendront part dans tout le territoire national.

BRAZZAVILLE – 5 mars 2019 - Sous le haut patronage du Chef de l’Etat congolais, Son Excellence le Président Denis SASSOU NGUESSO et en présence des autorités de l’État, des partenaires techniques et financiers, le Gouvernement du Congo, a procédé aujourd’hui, au lancement de la campagne nationale de vaccination contre la rougeole et la rubéole qui cible plus de 2,264,159 enfants, filles comme garçons, âgés de 9 mois à 14 ans révolus. Cette campagne inclura aussi la supplémentation en Vitamine A et le déparasitage au mébendazole, des enfants de 9 à 59 mois sur toute l’étendue du territoire national. Cette campagne qui cible 43 pour cent de la population du pays, est le prélude à l’introduction dans la vaccination de routine du vaccin combiné contre la rougeole et la rubéole.

Sous le leadership de la Ministre de la Santé et de la Population, elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Stratégique Mondial d’élimination de la Rougeole et la Rubéole 2012-2020. Elle bénéficie de l’appui technique et financier de Gavi, L’Alliance du Vaccin (anciennement l’Alliance Mondiale pour le Vaccin et la Vaccination), du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Lors de la cérémonie solennelle, qui s’est déroulée à L’hôpital spécialisé mère et enfant de Blanche Gomez à Brazzaville, la Ministre de la santé et de la population, Madame Lydia MIKOLO, a souligné "la santé des Congolais en général et celle des enfants en particulier demeure une priorité pour Gouvernement. Celui-ci ne ménagera aucun effort pour assurer à chaque enfant congolais le meilleur état de santé possible et de bien-être. Dans cet objectif, la vaccination a une place centrale. ".

L’importance de cette campagne pour la santé publique

C’est aussi en conformité avec le plan stratégique régional d’élimination de la rougeole et de la rubéole, que le Congo va introduire au cours de cette même semaine deux doses du vaccin combiné anti rougeoleux et anti rubéoleux (RR) dans le calendrier vaccinal.

En 2018, 98 pays dans le monde ont signalé davantage de cas de rougeole qu’en 2017, ce qui marque un recul des progrès réalisés dans la lutte contre cette maladie très facilement évitable mais qui peut se révéler mortelle. La rougeole est extrêmement contagieuse, plus qu’Ebola, la tuberculose ou la grippe. Lorsque la maladie a été contractée, il n’existe pas de traitement spécifique. Le vaccin est donc vital pour les enfants.

« Avec le lancement de la campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole, le Congo fait aujourd’hui un grand pas en avant en protégeant ses enfants contre deux maladies meurtrières, » a soulignée Anuradha Gupta, Directrice exécutive adjointe de Gavi, l’Alliance du vaccin. « Nous tenons à saluer le leadership du gouvernement et de son excellence le Président de la République du Congo. Les soins de santé primaires qui incluent la vaccination constituent le fondement des systèmes de santé solides, et le renforcement de ces services représente un moyen vraiment efficace de protéger la santé de chacun des citoyens. Gavi est à vos côtés pour protéger tous les enfants du Congo de maladies mortelles évitables par la vaccination. »

La vaccination contre la rougeole et la rubéole vise à réduire la mortalité et la morbidité dues à la rougeole chez les enfants et éliminer les risques de malformations du fœtus, de fausses couches, de mort du fœtus dus à la rubéole. La supplémentation en vitamine A est essentiel à la survie et à la croissance des enfants et le déparasitage au mébendazole élimine les vers intestinaux qui provoquent l’anémie, freinent le développement de l’enfant et réduisent leurs capacités d’apprentissage.

« Nous félicitions le gouvernement du Congo pour cette campagne de haut-impact qui combine vaccination, complément nutritionnel en Vitamine A et déparasitage », a affirmé au nom des agences du système des nations unies, la Représentante de l’UNICEF au Congo, Madame Micaela Marques De Sousa. « Ces investissements vont sauver la vie de milliers d’enfants et contribuer à leur plein développement. Nous allons continuer à accompagner le gouvernement dans le renforcement de la chaine d’approvisionnement et la chaine de froid pour la vaccination de routine ».

Sur le plan épidémiologique, le Congo à l’instar des autres pays en Afrique subsaharienne, fait face à une recrudescence de la rougeole avec des couvertures vaccinales qui restent inférieures à 90%. Cette situation occasionne une morbi-mortalité importante notamment chez les enfants de moins de 5 ans. Bien que le profil épidémiologique de la rubéole ne soit pas connu au niveau national, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que l’Afrique centrale à des incidences élevées et le Congo ne fait pas exception. C’est pour faire face à cette situation que le Congo a en 2014 élaboré un plan stratégique d’élimination de la rougeole. Ce plan intègre l’introduction de la deuxième dose sous forme de vaccin combiné rougeole/rubéole (RR).

« Toutes les affections ciblées par cette campagne demeurent des problèmes majeurs de santé publique au Congo et entravent ainsi le développement socio-économique », a dit en substance le Dr Lucien Alexis MANGA, Représentant de l’OMS au Congo.

Une logistique qui mobilise tout le pays

Au total, plus de 2,099 équipes de vaccination en stratégies fixe, avancée et mobile, soit près de 8000 acteurs seront déployées dans les régions et districts pour la mise en œuvre de ces différentes interventions. Elle est mise en œuvre à travers la stratégie en postes fixes couplées à la stratégie avancée et mobile en fonction du terrain afin d’atteindre les populations d’accès difficiles. Elle mobilise les autorités politiques et administratives, les comités locaux de santé, les chefs religieux et les chefs traditionnels, les sociétés privées et les médias afin qu'ils encouragent les mères à faire vacciner leurs enfants dans les centres de santé proches de leur habitation.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
Frédérique Tissandier

GAVI
Telephone: +41 22 909 29 68
Email: ftissandier [at] gavi.org

Jean Marie Ouenabio

UNICEF
Email: jmsouenabio [at] unicef.org
Tel: +242 065108671

M. Boniface BIBOUSSI

Communication et Promotion de la santé
Email : biboussib [at] who.int