Nouvel espoir avec l'essai clinique sur les médicaments de lutte contre Ebola

Lorsque Kambale Kombi Vianey est arrivé au Centre de traitement Ebola (CTE) à Beni, dans l’Est de laRépublique démocratique du Congo fin novembre 2018, il était à la porte de la mort. Dans la semaine qui a suivi sa maladie, on lui avait d'abord mal diagnostiqué le paludisme et la typhoïde, puis un guérisseur traditionnel lui a dit qu'il avait été empoisonné.

Puis, le quatrième personnel de santé qu'il a consulté lui a dit d'aller directement au CTE. 

"Je ne voulais pas y aller ", dit M. Kambale, 30 ans, professeur de mathématiques au secondaire. "Mais la volonté de me battre était toujours en moi."   

Il a passé la nuit au centre de transit de Médecins Sans Frontières (MSF), où les patients restent jusqu'à ce que le diagnostic sur Ebola soit confirmé ou infirmé. L'après-midi suivant, il a obtenu son résultat : il a été testé positif pour Ebola.

"Je ne pouvais plus respirer ", dit M. Kambale, se souvenant du moment où on lui a annoncé la nouvelle. "Je me suis dit : "Je viens d'être condamné à mort, je vais mourir."

Il n'existe aucun remède contre le virus Ebola et le taux de mortalité dans cette éclosion est d'environ 60 %. Cependant, il y a de nouvelles raisons d'espérer.

Depuis le début de l'épidémie actuelle en août 2018 - la dixième à frapper la RDC depuis la découverte d'Ebola en 1976 dans le pays - les patients ont eu accès à l'un des quatre traitements expérimentaux à titrecompassionnel. Ces médicaments - mAb 114, Remdesivir, Zmapp et REGN-EB3 - ont été fournis dans un cadre éthique élaboré par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), connu sous le nom de protocole MEURI (Monitored Emergency Use of Unregistered Interventions). Au 1er janvier 2019, 248 patients avaient reçu l'un de ces quatre médicaments. Bien que l’état de santé de certains patients semblait s'améliorer, aucune évaluation scientifique de l'efficacité et de l'innocuité de ces médicaments n'a été effectuée.

Ainsi, le 24 novembre, le ministère de la Santé publique de la RDC a annoncé le début d'un essai contrôlé randomisé (ECR).  L'OMS coordonne l'essai, qui est dirigé et financé par l'Institut national de recherche biomédicale (INRB) de la RDC et les National Institutes of Health (NIH), qui fait partie du Département of Health and Human Services des États-Unis. Les autres partenaires sont MSF et ALIMA.

"Il s'agit du premier essai multi-médicaments pour les traitements Ebola, et la collecte et l'analyse rigoureuses des données devraient permettre de déterminer clairement quel médicament est le plus efficace ", déclare le Dr Janet Diaz, chef d'équipe de l'OMS pour la gestion clinique des maladies infectieuses émergentes. Dans cette épidémie, Dr Diaz est chef d'équipe pour les soins des patients atteints d'Ebola. "Cela permettra à terme de sauver des vies lors de futures épidémies - soit en RDC, soit dans d'autres pays."

Pour l'instant, le mAb 114 et le Remdesivir sont en cours d'évaluation par rapport à Zmapp, le groupe témoin. REGN-EB3 sera ajouté à l'essai en temps utile. Des soins de soutien optimaux sont également fournis à tous les patients.

M. Kambale a été l'un des premiers patients à être admis à l'essai.

S'estompant rapidement, il a été admis au CTE par les médecins d'ALIMA, l'ONG de santé qui gère l'établissement. Après que le personnel médical lui ait expliqué les détails de l'essai, ils lui ont demandé s'il était disposé à y participer et il a rapidement donné son consentement.

"Notre objectif est maintenant de découvrir parmi ces traitements celui qui est le plus efficace ", explique le Dr Camara Alseny Modet, le médecin ALIMA qui était en charge de l'ETC Beni et qui est maintenant coordinateur des essais. Au 6 janvier, 44 patients avaient été recrutés pour participer à l'essai au CTE de Beni. Les patients d'autres CTE, par exemple à Butembo, auront bientôt l'occasion de participer à l'essai.   

Il est peu probable que l'étude atteigne son objectif de recrutement de 336 patients durant cette éclosion. Ainsi, en vertu du protocole, l'essai est autorisé à couvrir plusieurs foyers dans plusieurs pays sur une période de 5 ans.

Lorsqu'un patient consent à participer à l'essai, l'équipe de la pharmacie du CTE de Beni sélectionne une enveloppe scellée envoyée par l'INRB à Kinshasa pour lui indiquer le médicament à administrer. De cette façon, l'essai est randomisé.

Bien que l'essai soit important, les travailleurs de la santé n'en demeurent pas moins convaincus que leur priorité absolue dans cette éclosion est de soigner les patients malades et de leur assurer les meilleurs soins possibles.

La conduite d'un essai clinique est une affaire complexe dans le meilleur des cas. Mais à Beni, elle se déroule pendant une situation d'urgence dans une zone de conflit actif où se déroulent également des élections.

"La sécurité est un grand défi ", déclare le professeur Sabue Mulangu, coordonnateur de la recherche Ebola à l'INRB. "Parfois, nous devons arrêter notre travail plus tôt que prévu parce que la situation sécuritaire n'est pas bonne et que le personnel doit respecter les couvre-feux. Nous essayons vraiment de minimiser cela, mais ce n'est pas facile, je peux vous le dire."

Ayant traversé Ebola, et étant maintenant sur le chemin du rétablissement, M. Kambale n'avait que de bonnes paroles pour ses médecins, louant leur dévouement à prendre soin de lui et leur courage. Lorsque son état s'est amélioré, il a été transféré des soins intensifs au service de convalescence. Après cinq jours, on lui a donné le feu vert et on lui a permis de rentrer chez lui.

Aujourd'hui, il est de retour au CTE – mais cette fois pour aider à soigner d'autres patients malades.

"Les gens de cette communauté m'ont aidé et maintenant, c'est à mon tour de donner en retour ", explique-t-il.  "Ce n'est pas l'histoire d'une seule personne, elle nous concerne tous. Ceux qui ne croient pas qu'Ebola existe se trompent."

M. Kambale pense que ce n'est pas facile de participer à cet essai parce qu'Ebola n'est pas une maladie que n'importe qui voudrait attraper - mais il est aussi capable de faire preuve d'optimisme.

"De cette façon, je pourrai peut-être convaincre d'autres personnes dans ma ville qu'il existe un traitement disponible pour Ebola et qu'elles peuvent aller mieux. Et si elles se sentent mal, elles devraient aller directement au CTE.”

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
OKA Sakuya

Communications Manager (a.i)
WHO Regional Office for Africa
WhatsAPP: +242 06 508 1009
Email: okas [at] who.int